• Pour commencer, un peu d'histoire... (source Wikipédia)

     " Nantes, de par l'importance de son port, accueille depuis longtemps des biscuiteries artisanales puis industrielles de galettes destinées aux marins. C’est en 1846 que Jean-Romain Lefèvre (né le 7 avril 1819 à Varennes-en-Argonne) s’installe à Nantes pour y reprendre une pâtisserie au n° 5 rue Boileau, dans un immeuble appartenant aux armateurs Dobrée.  "

      " Sur le conseil de son épouse Pauline-Isabelle Utile, il nomme le commerce « Fabrique de biscuits de Reims et de bonbons secs » (il s'agissait probablement de bergamote de Nancy) où il vend ses propres productions et le fameux biscuit anglais Huntley et Palmers. Les pratiques du jeune pâtissier, alors âgé de 27 ans, et de son épouse (elle aussi originaine de Varennes-en-Argonne), sont différentes. Il vend les biscuits variés sortis du four situé dans la cour. Son frère Louis s'est installé dès 1840 à Nancy pour y fonder une biscuiterie-confiserie dénommée « Lefèvre-Denise», qui est toujours en activité sous le nom « Lefèvre-Lemoine ». Les recettes proviennent de l'est et bousculent les habitudes des Nantais qui consomment des biscuits anglais ou de mer. La fabrication de biscuits de luxe fait sa renommée.   

      " La maison LU est née. Elle construit son succès sur la qualité de ses produits mais aussi sur la constance de sa production. Les locaux devenant trop exigus, ils agrandissent en achetant grâce aux fonds de la famille une annexe de la boutique au n° 7 de la rue Boileau en 1854. La boutique est appréciée pour la vente de ses produits de qualité mais aussi pour son architecture."

       "Elle est vaste (150 m2) et haute, possède de belles moulures et des lustres mais aussi des boiseries murales conférant à l'ensemble un caractère haut de gamme et raffiné. Les produits vendus sont les Biscuits de Reims, les boudoirs, les Biscuits vanille, les biscuits-champagne, les langues de chat, les macarons, les massepains et les Petits-Fours aux amandes. Ils sont disposés dans des coupes de cristal à pieds et plusieurs présentoirs proposent les biscuits destinés à la décoration. Des serveuses assurent l'accueil des clients qui choisissent les produits qu'il désirent, lesquels sont récupérés par ces dernières grâce à des pinces, fait rare à l'époque, et placés dans un emballage le mettant en valeur. L'entreprise emploie quatorze ouvriers en 1880."

      " En 1882, leur troisième fils Louis, après fait ses études au Lycée Clémenceau et effectuer un voyage en Angleterre afin de se documenter sur les biscuits anglais et leur méthode de fabrication, reprend l'affaire familiale à l'âge de 24 ans après le décès de son père, suite à des problèmes de santé (son épouse lui survivra jusqu'en 1922) et installe une première usine sur l'île Gloriette, quai Baco, dans l'ancienne filature « Bureau ». La même année, tout les efforts de l'entreprise familiale sont récompensés par la médaille d'or à l'exposition de Nantes. Des boîtes en carton permettent par la suite d'emporter ses produits afin de les offrir. Lefèvre-Utile invente plusieurs types de boîtes habillées de scènes champêtres ou enfantines en couleurs. Les biscuits sont alors offerts lors des repas dominicaux ou pour de grandes occasions. Les biscuits LU deviennent des produits de choix."

         ***

    Louis Lefèvre-Utile, fils de Jean-Romain Lefèvre et Pauline-Isabelle Utile

    ***

       Avec l'arrivée de Louis Lefèvre-Utile à tête de la maison LU, celle-ci prend de l’ampleur et commence sa mécanisation. Louis va devenir un génie créateur à l'origine de la marque LU. Quelques années plus tard, en 1885, il fait construire, quai Baco, une manufacture de biscuits de 2 000 m2 de haute technologie à la place des bâtiments de l'ancienne filature. Il y installe des fours et une machine à vapeur. Cent trente ouvriers y travailleront pour assurer une production de trois tonnes de biscuits par jour. Plus du tiers de la production est alors assuré par le célèbre Petit-Beurre, né en 1886.

     medium_affiche_20lu.jpg

    Il invente un produit original inspiré des biscuits d'Angleterre où il a fait de nombreux voyages. Ce biscuit carré au bords découpés en festons est fabriqué à la chaîne grâce à une empreinte que Louis crée à l'aide d'une société anglaise T. & T. Vicars. Cette empreinte est retrouvée dans les archives de cette société en 1946. Dès sa sortie, le produit est apprécié par les clients et par les critiques. La forme du biscuit et sa marque « Petit-Beurre-LU-Nantes » sont déposées au tribunal de commerce de Nantes, le 9 avril 1888.

     A présent, si vous voulez lire la suite du reportage, c'est par là !

     

    Savez-vous pourquoi le Petit beurre "LU" possède 52 dents ????

      Fichier:Petit Beurre LU.JPG

       Un découpoir de la forme du Petit Beurre date du 8 septembre 1886. Mais Louis Lefèvre ne dépose la marque « Petit Beurre LU » que le 9 avril 1888 au tribunal de commerce de Nantes.

    Le Petit Beurre LU, de forme rectangulaire possède:

    - 4 oreilles évoquant les 4 saisons

    - 14 dents dans la longueur, et 10 dents dans la largeur soit 52 dents pour toutes les semaines de l'année

    - 24 points comme les 24 heures de la journée

    Et voilà, à présent, vous en savez un peu plus sur ce fameux biscuit !

    Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique